Quelle interprétation donner à ses rêves ?


Réussir à interpréter le rêve d’un autre est cependant très difficile voire impossible car il manque le plus souvent un grand nombre d’informations. On ne peut interpréter un rêve sans avoir quelques détails sur la vie de la personne, pouvoir échanger avec elle sur son vécu, et bien souvent il manque dans le compte rendu de leurs rêves les émotions ressenties.
De plus, je demeure persuadé que chacun est le seul à même de pouvoir vraiment interpréter ses propres rêves. C’est un message de son inconscient à soi-même, pas besoin d’une tierce personne au milieu pour en trouver la signification, cela peut même grandement nuire au message, le déformer ou le détourner.
Le but de ce billet est donc d’indiquer à chacun comment interpréter ses propres rêves, c’est une grande aventure à ne pas manquer. Voici donc ma méthode pour interpréter les rêves. C’est parti !

Dois-je interpréter ce rêve ?

Tous les rêves ne sont pas interpréter. Heureusement, sinon nous y passerions nos journées ! Pour la plupart des rêves, il ne s’agit que du cerveau qui organise sa mémoire la nuit, planifie et prévoit la journée du lendemain. En bref, ce n’est qu’une tâche « d’entretien » nocturne pour l’inconscient. Parfois il semble s’amuser en inventant les aventures les plus folles, parfois il semble re-mâcher les évènements de la journée ou les images chocs qu’il a vu à la télévision. L’inconscient est alors un peu un grenier fourre-tout et vous rêvez de son bric-à-brac et au milieu de tout ce désordre, il se trouve peut-être, de temps en temps, au fond d’une malle, un objet, ou un message important qu’il est utile d’interpréter et il faut de l’instinct pour le dénicher.
Comment savoir quels rêves interpréter ? En général, un rêve qu’il faut vraiment interpréter a au moins deux ou trois des caractéristiques suivantes:

  • Votre instinct vous indique qu’il est vraiment important.
  • Vous vous en souvenez facilement.
  • Vous n’arrêtez pas d’y repenser et il vous trouble vraiment.
  • Vous rêvez plusieurs nuits d’affilée des rêves de même type avec un symbolique très proche.

Raconter son rêve

Récit onirique. La première chose à faire pour interpréter un rêve est de prendre le temps de le raconter en donnant le plus de détails possible. Un simple compte rendu extérieur, à la façon du résumé d’un film, est insuffisant, vous avez vécu le rêve de l’intérieur. Vous devez penser à ajouter à votre compte-rendu les pensées et les émotions qui vous ont traversé l’esprit pendant le rêve.

Voici un exemple des détails à fournir:

  • Contexte: c’est tout ce qui se passe « avant » que le rêve débute. Lorsque certains rêves commencent, tout comme certains films, votre personnage connait des morceaux de sa vie imaginée ayant une importance pour le rêve (vous n’êtes pas surpris de vous retrouver dans une boulangerie car vous savez que vous êtes boulanger, vous n’êtes pas surpris de voir cinq enfants vous appeler « Papa » etc.)
  • Temps: à quel moment se déroule le rêve? Est-ce le jour ou la nuit? Le rêve a-t-il une unité de temps ou y-a-t-il des ruptures (brusquement la nuit tombe, ou cinq ans se sont écoulés …) ?
  • Lieu(x): à quel(le/s) endroit(s) se déroule(nt) votre rêve ?
  • Narration: comment vivez-vous le rêve ? En spectateur extérieur (comme si vous voyiez un film)? En tant que l’un des personnages ? Et ce personnage est-ce « vous » ou quelqu’un d’autre ?
  • Emotions: quelles émotions ressentez-vous tout au long du rêve? Ce point est particulièrement important et souvent oublié par les rêveurs. Il est pourtant une clé du rêve. Un rêve prend une tout autre signification si par exemple en voyant un serpent vous êtes effrayé, curieux, indifférent…
  • Actions: et bien sûr, ce qui se passe…
Pour faciliter la remémoration onirique, on conseille de raconter le rêve au présent.

Résumer le rêve

Vous voilà avec une masse d’informations sur votre rêve, il faut prendre un peu de recul pour le voir dans sa globalité. Pour cela essayez de résumer votre rêve.
Le résumé doit tenir en une seule phrase. Par exemple « Quelqu’un essaie de s’enfuir de quelque chose, et peu importe ce qu’elle essaie, elle n’y réussit pas jusqu’à ce qu’elle obtienne l’aide de quelqu’un ». Il faut se limiter à ce qui est observable, indiquer l’action et non les symboles oniriques, éviter de mentionner des détails spécifiques (lieux, noms, couleurs etc.), en bref être aussi synthétique que possible.
En faisant cela vous vous détachez de la symbolique complexe de l’inconscient pour saisir l’essence du rêve.

Interpréter les symboles clés

Il est important de bien comprendre qu’un symbole a deux dimensions. Tout d’abord il a une dimension collective, il aura une signification commune pour tout le monde, c’est cette dimension que l’on trouve dans les dictionnaires des rêves. Par exemple un fruit peut représenter l’aboutissement d’un travail.
Mais un symbole a aussi une dimension liée à notre vécu personnel, et c’est la dimension la plus importante car lorsque l’interprétation de la dimension collective et celle de la dimension personnelle sont opposées, c’est celle de la dimension personnelle qui prend le dessus. Pour reprendre l’exemple du fruit, si vous détestez les fruits ou certains fruits en particulier, s’ils sont associés à un mauvais souvenir, à une émotion négative précise, si vous rêvez de ce fruit, alors la signification de ce symbole sera liée à ce souvenir ou à cette émotion de votre expérience personnelle.

C’est cette dimension personnelle de la symbolique qui rend l’interprétation des rêves d’autrui très difficile voire impossible.
Pour comprendre la symbolique des rêves, il faut comprendre les symboles comme un langage, le langage de l’inconscient.
Comment avons-nous appris à parler ? Des adultes nous ont pointés des objets, et à force de répétitions, nous avons fait l’association objet-mot, c’est le langage des concepts.
Le langage de l’inconscient a été appris d’une façon légèrement différente. Son langage est celui des émotions. Lorsque vous vivez une intense émotion, l’inconscient l’associe à une situation.
Comme pour parler vous avez associé un objet à un mot, pour parler d’une émotion cette couche l’associe à une image. C’est une association image-émotion, c’est le langage des émotions.
Lorsque l’inconscient veut vous reparler de cette émotion, il évoque cette image. Et tout comme le langage peut devenir très complexe par une association infinie de mots, pour parler d’émotions complexes, cette couche profonde génère une symphonie d’images appelée rêves.

Ainsi, par exemple, vous vivez une situation de stress intense pour la première fois, comme passer votre bac. Cette couche profonde associe l’image de ce type de stress au bac. Lorsque dix ans après vous rêvez à nouveau que vous repassez votre bac, ce n’est pas parce que vous êtes encore traumatisés par cette épreuve, c’est que dans votre vie actuelle, vous vivez une situation chargée du même stress émotionnel.
Choisissez les deux ou trois symboles qui vous semblent le plus important et essayez de les interpréter (ce peut être un objet, mais aussi un lieu ou une personne etc.). Pour la symbolique générale, utilisez notre dictionnaire des rêves ou tout autre dictionnaire des rêves.
Pour la dimension personnelle, déterminez ce que l’objet vous fait ressentir, du dégoût, du plaisir, de la sagesse ? A quel vécu vous le rattachez, quel souvenir ? Si vous bloquez, vous pouvez par exemple faire une association d’idées, imaginez l’objet seul dans votre esprit et voyez les autres idées, images, pensées ou émotions qui se présentent à vous. Petit à petit, vous constituerez ainsi votre propre dictionnaire des rêves.

Note: Méfiez-vous des dictionnaires des rêves qui assènent des interprétations aux symboles sans expliquer d’où elles viennent. Méfiez-vous également des dictionnaires des rêves qui annoncent des évènements futurs à partir de vos rêves. Mon dictionnaire des rêves préféré est le Dictionnaire des rêves d’Hélène Renard.

Trouver la question

Le rêve est la réponse à une question. Avoir la réponse sans connaître la question ne sert pas à grand-chose. La question se trouve dans votre vie de tous les jours, votre vie actuelle.
Par exemple rêver de tsunami est un rêve très courant, il symbolise un état émotionnel difficile. Mais il existe autant de rêves de tsunami qu’il existe de personne et de situations, c’est-à-dire une infinité. Si vous demandez à une personne de vous aider à interpréter un rêve de tsunami sans lui donner quelques éléments sur votre vie actuelle, elle ne pourra que vous pointer dans la direction d’un problème émotionnel en restant très vague. Elle vous donne une réponse imprécise car elle ignore totalement quelle est la question.
Pour trouver la bonne question, essayer d’associer le rêve avec les questionnements, problèmes ou évènements du jour ou des quelques jours précédents le rêve. Une fois que vous saurez à quelle question de votre vie actuelle le rêve tente de répondre, vous pourrez en affiner l’interprétation.

Interprétation finale

Tous ses éléments vont travailler seuls tout au fond de votre esprit dans votre inconscient, la place d’où vient le rêve, et s’assembler pour prendre un sens final, sans l’intervention, souvent inhibitrice de votre conscient et de sa raison.
Une fois la pause faite, quand vous en sentez l’envie, reprenez votre interprétation, et laissez parler votre intuition, laissez couler les mots, sans trop réfléchir, voyez ou tout cela vous emmène…

Situé dans le 18eme au 3. Square Lamarck – 75018 Paris




Téléphone : 01 42 58 37 80


Blog : http://blog.michaelbaralle.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire