Comment la psychanalyse intervient dans les contes de fées ?

Aujourd'hui j'ai décidé d'écrire sur les contes de fées qui sont une ressource thérapeutique très utile pour travailler les émotions. J’ai pu observer dans mon travaille comment ces petites histoires pouvaient aider à traverser des souffrances et à trouver des solutions aux conflits psychiques.

Le conte a plusieurs lectures, selon que l’on s’en tienne à l’histoire proprement dite ou que l’on en cherche la signification cachée. C’est ainsi que la psychanalyse s’est intéressée de très près aux messages que les contes peuvent véhiculer.

Les premiers travaux d’interprétations psychanalytiques des contes ont débuté avec Sigmund Freud et ses recherches sur l’inconscient.

L'origine des contes de fées

Pendant plusieurs siècles, nous n'avons pas donné d'importance sur les sentiments d'enfance. Nous regardions et traitions les enfants comme nous traitions les adultes. Avant le siècle XVII, les enfants ont commencé à travailler très tôt et ils n'avaient pas le temps pour jouer et explorer leur imagination. Durant le règne de Louis XIV au XVII siècle, a surgi la valeur d'enfance. La France a été le premier lieu à reconnaitre l'importance des histories d’enfants comme un processus de leur développement et de leurs éducations. Les contes sont un moyen de propager les valeurs sociales. Les contes de fées apparaissent précisément entre 1696 et 1698 avec Madame d'Aulnoy. Au début, les écrivains ont trouvé beaucoup de difficultés à adapter le vocabulaire pour les enfants. A partir du XIXème siècle le vocabulaire était plus adapté et les contes on fait un grand succès, atteignant ainsi tous les classes sociales.


Bruno Bettelheim dans son livre de 1975 a étudié 71 contes tirés surtout de Grimm et d’Andersen.  La plupart décrivent la sortie du complexe d’Œdipe. Les désirs incestueux peuvent être dépassés  s’ils restent de simples désirs, tout en sachant que l’on peut à la fois vouloir tuer l’autre parent et l’aimer quand même.

Différences

Les mythes : histoires avec les dieux.

Les contes de fées : la grande partie des histoires sans valeurs morales. Le plus important est épilogue résolutoire.

Les fables : les histoires ont des valeurs morales.

Différences entre les contes de fées

Les Contes Merveilleux - l'origine des peuples arabes

Les Contes d’incantations - les personnages ont des pouvoirs magiques

Les Contes de fées - les histoires sont plus réelles et ils ont un épilogue résolutoire

L'opportunité de « projection » dans les contes de fées

Quand nous  écoutons les histoires, nous avons  l'opportunité de nous identifier aux personnages et nous pouvons aussi développer le sentiment d'empathie. Ce mouvement de transférer des aspects de l'objet réel pour l'objet symbolique est très important pour le développement humain. Les problèmes et les angoisses (comme la peur, l'abandon, le rejet et la mort), nous pouvons les trouver dans les contes de fées. Ils sont très souvent basés sur les mythes qui représentent les événements sociaux. La grande partie de ces conflits sont résolus avec une fin heureuse. Les contes de fées sont très réels et ils montrent le côté dangereux de la vie.

La magie des contes de fées

Les histoires des contes de fées parlent directement à notre âme. Ces contes utilisent l'imagination et la créativité pour nous montrer les meilleures solutions à résoudre les conflits que nous allons tous traverser au cours de notre vie. Ainsi, la fantaisie est nécessaire pour l'aventure d'être dans le monde.

Ce qu’enseignent tous ces contes, c’est que la personnalité cachée peut apparaître, et que ce noyau si petit peut devenir l’être tout en­tier. De tout temps et dans toutes les civili­sations, les mystiques ont désigné l’être caché que nous sommes réellement par la plus pe­tite des graines (sénevé ou sésame). Voilà pourquoi le mot de passe est toujours « Sésa­me, ouvre-toi ». Il faut que cette graine s’ouvre pour qu’elle puisse germer et devenir la plus grande des plantes.

L’archaïque dans les contes

La pratique des cures par le rêve-éveillé permet d’accéder à ce que l’on nomme l’Archaïque, décrit par Mélanie Klein et l’école anglaise de psychanalyse avec Winnicott. Ainsi il devient possible d’explorer les couches de plus en plus profondes de la pré génitalité et de rendre compte du corpus complet des Contes de Perrault

Types des conflits pour travailler avec les contes de fées

Dans les contes de fées, nous pouvons trouver des conflits liés à la période d'enfance, d'adolescence et des problèmes existentiels. Je vais mettre ci- dessous de manière objective ce que certains contes permettent de travailler avec les enfants.

  • La question sur la mort ou la perte d'un parent : Bambi et le roi lion.
  • L’abandon, le rejet et l’alimentation: John et Mary
  • L’internalisation des règles, la curiosité sexuelle: Le Petit Chaperon Rouge
  • L’acceptation des différences: La Belle et la Bête
  • Le fait de ne pas mentir, la tentation, le principe de réalité X, le principe du plaisir : Pinocchio
  • Les différents rôles attribués à la mère (bonne mère et mauvaise mère), surmonter les difficultés, la séduction, l’envie, la rivalité - Cendrillon
  • Le réveil de la sexualité, la maturation, la jeune fille qui se transforme en une femme - La Belle au Bois Dormant.
  • La recherche d'identité, le questionnement sur les règles, la diminution de la dépendance des parents - La Petite Sirène
  • La recherche d'identité, le rejet - Le vilain petit canard
  • La paresse X sur l'effort pour atteindre nos objectifs - Les trois petits cochons

Les Avantages des Contes de Fées

  • soulage les tensions
  • fournit les valeurs pour l'amélioration des relations avec des personnes
  • encourage la lecture
  • réveille la curiosité
  • facilite le processus de développement personnel
  • contribue à l'écoulement imaginaire
  • les contes peuvent donner une meilleure orientation dans la vie des enfants, des adultes
  • favorise le développement de sa personnalité
  • promut la confiance en soi et pour son avenir
  • donne des modèles d'action
  • développe la créativité
  • aide à la découverte de sa vocation et de son identité

Les enfants, comme les adultes n'ont pas besoin d'une interprétation des histoires parce qu’ils pénètrent dans les contes avec leur corps et leur âme. Quand les enfants demandent aux les adultes de raconter les mêmes contes plusieurs fois, cela signifie qu’il y a une grande probabilité que cet enfant soit en train de traverser le même conflit que les personnages du conte.

Pour Terminer

Je pense que les contes des fées ont un contenu riche qui contribue à aider les enfants et les adultes à résoudre les conflits émotionnels et à trouver le meilleur chemin en face de la vie. Ils nous permettent de cheminer  entre imaginaire et morale dans un processus analytique.

Ainsi nous pouvons nous sentir plus ouverts pour clarifier nos doutes sans avoir à chercher la bonne réponse, mais plutôt notre réponse intérieure.  

Je vous invite dans votre Adulte à redécouvrir quelques-uns de nos grands classiques à conter à votre enfant intérieur : « La belle au bois dormant », « Banche neige et les sept nains », « Cendrillon »,…

Quelle qu’en soit la lecture et le sens de l’interprétation, ils délivrent tous de merveilleux messages d’espoirs de renaissance de l’individu. C’est ce qui permet par la « réalisation du meilleur de soi-même », d’atteindre « les racines de l’être ».


Pour aller plus loin :

-          BETTELHEIM, Bruno. Psychanalyse des contes de fées.

-          Sigmund Freud, Totem et tabou, Editions Payot, 2004, Sur le rêve, Poche, 1990, Œuvres complètes, psychanalyse, volume 4 : L’interprétation du rêve, 1899-1900, éditions PUF, 2003

-          C.G. Jung, Rêves d’enfants, tome 1 et 2, Albin Michel, 2002 et 2004, L’homme à la découverte de son âme, Albin Michel, 1987, Sur l’interprétation des rêves, Garnier Flammarion, 2000


Situé  dans le 18eme au 3. Square Lamarck – 75018 Paris



Téléphone : 01 42 58 37 80

Blog : http://blog.michaelbaralle.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire